drapau.jpg

 

Get Adobe Flash player

video.jpg

Témoignages

Suivez l'échange de Lucie ; dans le cadre du dispositif "Horizon"- étudiante en ES 16 - en Inde
Dans le cadre de nos échanges transfrontaliers, huit moniteurs éducateurs sont actuellement en stage pratique dans diverses institutions de Girona et de Salt.

Vous êtes ici

Histoire d'une mobilité internationale : Un avant-goût belge !

Un petit bonjour de Bruxelles ! 
 
Voilà deux semaines que je suis arrivée en Belgique et que j’ai démarré mon stage. Après une semaine et demi  en auberge de jeunesse et de nombreuses recherches intenses d’appartement, me voilà enfin avec un chez moi belge ! 
 
Premier aperçu de Bruxelles avant de démarrer le stage : une ville dans laquelle marcher est du sport (pavés et montées - descentes), certains trams avec  le cachet de l’ancien, un charme indéniable, des langues différentes à tous les coins de rue… etc et tout ça sans avoir encore rien visité ! Premier jour de tourisme j’ai la chance de tomber sur le nouvel an chinois sur la Grand Place, la foule est là pour fêter comme il faut et un défilé traverse la ville l’après midi. J’y retourne donc le lendemain pour admirer mieux cette Grand Place : maaaagnifique ! J’en prends plein les yeux malgré le ciel gris ! J’ai aussi pu voir le Manneken Pis aussi petit qu’il soit ! Aux alentours les magasins de chocolats belges, les fritkot, les brasseries sont partout ! Je sens que je vais me régaler pendant deux mois ! 

          

Mardi, premier jour de stage…. sous la neige !

Je découvre la Maison d’Accueil « Le bâteau ivre » (je saurai peut être plus tard pourquoi ce nom) et son équipe de professionnels lors de la réunion hebdomadaire. Je suis un peu perdue comme à tout début de stage mais pas totalement dépaysée. L’accent belge est bien présent dans l’équipe même si on me dirait « Y a pas un accent belge c’est comme en France, y en a plusieurs ! » Peut être que je devrai affiner mon écoute car je n’entends pas différence. Je rencontre ensuite les 16 jeunes habitants de la maison. Il y a des petits bouts de 4 ans comme des grands ados de 17 ans et demi : je sens à ce moment là que je ne vais pas m’ennuyer avec toute cette jeunesse et que le maître mot de mon stage sera adaptation ! 

 

En peu de temps je dois déjà apprendre ou du moins adapter quelques mots parce que sinon les enfants me regardent avec des grands yeux : « essuis » pour serviette, « farde » pour classeur, « latte » pour règle, « marqueur » pour feutre, « GSM » pour téléphone portable, le fameux « je/tu/il sais/t » pour je/tu/il peux, utilisé tout le temps et très surprenant… et j’en passe ! Une expression en tout cas qui m’aura bien fais rire : « Il a pas toutes les frites dans le même cornet ! »

A tantôt,

Clémence